[FEDELIMA] Pour une concertation sur les politiques publiques en faveur des musiques actuelles

La FEDELIMA est un réseau national qui fédère des lieux et projets dédiés aux musiques actuelles sur l’ensemble du territoire français. Issue de la fusion de la Fédurok et de la FSJ (Fédération des Scènes de Jazz et de Musiques Improvisées), la FEDELIMA développe dans un souci de complémentarité et de coopération, du niveau local à l’international, toute initiative d’intérêt général en matière de musiques actuelles et accompagne ses membres à anticiper les mutations culturelles, économiques, technologiques, politiques et sociales. Ses démarches se veulent collectives, participatives et ouvertes avec le secteur professionnel, les partenaires publics et territoriaux, les artistes, et plus largement la société civile.

En tant que membre de la FEDELIMA, le Sans Réserve est signataire d’un communiqué demandant à l’Etat de faire parti de la concertation mise en place sur les politiques publiques en faveur des musiques actuelles.

En effet, dans le rapport commandé par l’Etat, les acteurs musicaux sont répartis en deux catégories : les acteurs du secteur « marchand », financés majoritairement et directement par le public (exemple des salles de spectacles ne proposant que des soirées à entrées payantes) et les acteurs du secteur « public », financés « nécessairement et durablement par la subvention ». Or, une structure comme la nôtre repose à la fois sur le financement de soirées à entrées payantes mais également sur les subventions publiques qui nous permettent de proposer également des soirées de découverte gratuites. Cela concerne notre structure mais bien d’autres encore, qui sont bien loin de ne représenter qu’une petite partie du secteur des musiques actuelles ! Leur avis est donc tout aussi important que celui des autres acteurs.

Pour cette raison, et bien d’autres, nous avons signé, de part notre réseau la FEDELIMA le communiqué que vous pouvez lire en entier ici :  http://www.fedelima.org/IMG/pdf/communique_inter_orga_bis_2018.pdf

Bonne lecture !